La naissance d'une campagne multimédia

Les activités du studio de propagande ne se limitaient pas uniquement à du matériel publicitaire et du packaging, mais également à des films publicitaires, éducatifs et des documents d’aide à la pratique médicale.

    La production de film débuta qu’en 1939, avec le salon national Suisse. Contrairement à d'autres secteurs industriels qui s'étaient servis du film publicitaire depuis des décennies, son utilisation dans le secteur pharmaceutique était récente. L’exposition donna l’impulsion nécessaire à la création d’uns section filmographique au sein du département de propagande. Cette branche était responsable de la sélection des entreprises de productions auxquelles Geigy sous traitait la réalisation des films. En revanche, la post-production (modifications mineures et sous-titrage) était réalisée par Geigy.

Des documents sonores diffusés sur disques étaient également produits pour enseigner les bruits auscultatoires aux étudiants par exemple.

Ces oeuvres audiovisuelles avaient plusieurs destinataires :

  • Le grand public : les publicités pour les insecticides étaient diffusées dans les cinémas ou dans camions spécialement conçus à cet effet dans les foires (en particulier en Suisse). Le premier spot publicitaire télévisé a été diffusé en 1965.

  • Les étudiants en médecine et soins infirmiers : un grand nombre de productions étaient effectuées avec une vocation d’enseignement. Ces films ont connu un très grand succès et ont été massivement diffusés dans les facultés de part le monde.

  • Le personnel médical et paramédical avec la série “Geigy Documenta”. Lors de réunions organisées par le laboratoire pour promouvoir les produits et diffuser les progrès et avancées de la science.

  • Les employés de Geigy eux-même avec la série “Geigy Universal”. L'entreprise s’en servait pour tenir l’ensemble de ces employés au courant de l’évolution de l’entreprise et améliorer la coopération entre département.

 

En 1962, Geigy embaucha le médecin français Yannic Guéguen, qui accéléra et systématisa la production de films médicaux. Outre l’aspect promotionnel évident de ces films pour les produits Geigy et l’image de marque de l’entreprise. il y avait une réelle ambition de poursuivre sur l'éducation des médecins en les tenant informés des avancées de la recherche pour les praticiens en exercice ainsi que parfaire l'éducation des étudiants en mettant à leurs dispositions des documents audiovisuels modernes et didactiques. De plus, Geigy fut un pionnier dans la retransmission en direct d'intervention chirurgicale.

Les films de la série éducative “Geigy Documenta” étaient réalisés par une collaboration proche entre le Dr Guéguen, des professeurs de renoms, et le service de films scientifiques de Condor. Une fréquence soutenue de production était maintenue : un film était produit tous les 9 à 10 mois. Cette série fut récompensée à plusieurs festivals et jouissait d'une bonne réputation auprès des professionnels de santé. Les films étaient parfaitement réalisés techniquement avec une esthétique qui faisait écho au “style Geigy” évoqué plus haut.

Il s'agissait déjà à l'époque d'une campagne multimédia parfaitement orchestrée avec un profil audiovisuel unique et novateur. Cette démarche a permis de consolider l’approche globale de la communication de l’entreprise tout en ouvrant la porte de la formation continue.